Droit et plaques de verre : « ne pas se créer de problèmes inutiles »

Lors de l’ANGD d’octobre 2011, après avoir discuté avec des responsables de projets numériques à propos des problèmes juridiques que soulève le projet de valorisation numérique des plaques de verre, il ressort plusieurs points :

1- Le risque 0 n’existe pas.

2- La prise de risque est nécessaire, sinon on ne fait rien. Prendre des risques calculés.

3- Ne pas se créer de problèmes inutiles : mieux vaut diffuser que de ne rien faire et voir disparaître les sources que l’on voulait mettre en valeur. C’est par exemple ce qui s’est passé pour une collection

de données archéologiques à Bordeaux : 30 ans années de travail sont ainsi parties à la poubelle.

4- Les corpus homogènes de plaques de verre légendées sont rares, d’où le caractère extrêmement précieux de la collection hébergée actuellement à PRODIG. Il serait donc vraiment dommage de laisser passer les occasions de mener le projet de valorisation à bien.

5- Personne, pour l’instant, ne connaît de cas d’institutions publiques de recherche qui auraient été poursuivies pour avoir diffusé, dans un but non commercial, une source iconographique ou textuelle.

6- En conclusion, prendre les précautions nécessaires, mais ne pas se retrancher dans l’inaction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *