Présentation de la collection de plaques de verre.

La collection de plaques de verre, hébergée actuellement à l’UMR CNRS PRODIG, comporte plus de 11 000 clichés à visée géographique. Elle a été constituée à l’initiative du géographe français Emmanuel de Martonne (1873-1955), essentiellement dans un but pédagogique et universitaire : le système de la plaque de verre permet en effet de projeter la photographie dans les amphithéâtres. De Martonne, premier directeur en 1927 de l’Institut de géographie de Paris sis 191, rue Saint-Jacques  dans le 5e arrondissement, a commencé à constituer sa photothèque dès ses premières recherches, qui se déroulèrent d’abord en Egypte, puis en  Valachie (Roumanie) pour sa thèse de lettres. Ses premiers clichés datent de 1898. Depuis sa première affectation comme enseignant de géographie à la faculté de lettres de Rennes de 1899 à 1905, puis à Lyon de 1905 à 1909, et enfin à la faculté des lettres de l’Université de Paris pour occuper de 1909 à 1944 la chaire de géographie laissée vacante par le congé de Paul Vidal de la Blache (1845-1918),  de Martonne enrichit sa collection. Aujourd’hui, environ 1500 photographies sous plaque de verre, soigneusement légendées, portent sa signature. Par ailleurs, ses collègues géographes, français et étrangers, ont contribué à alimenter le fonds iconographique, même après son départ à la retraite. Les plaques les plus récentes datent de 1954 : ce sont des clichés pris par Jean Dresch et Charles  Robequain  en Chine du Nord.
La collection, actuellement close, couvre le monde entier, et elle est organisée selon un classement archivistique reprenant les découpages politiques en continents, pays, régions et sous-régions en vigueur à une date donnée, mais plus forcément valables aujourd’hui en raison des remaniements territoriaux du XXe siècle. Par exemple, l’ensemble des plaques de verre correspondant à l’actuelle Pologne sont classées dans la rubrique « Pologne » et « URSS ». La collection, constituée majoritairement pendant la première moitié du XX e siècle reflète une partie des terrains de recherches étudiés par les géographes français de l’Université de Paris mais aussi ceux de leurs collègues de province et de l’étranger. La couverture photographique de la Terre est inégale : les terrains de recherche privilégiés par les géographes français et faciles d’accès (comme la France, les anciennes colonies françaises et l’Europe) sont sur-représentés.  Ainsi, la collection de décompose comme suit : environ 2260 plaques pour la France, 3200 pour le reste de l’Europe, 29 pour l’Arctique, 35 pour l’Antarctique, 2300 pour l’Afrique, 270 pour l’URSS, 13 pour l’Océanie, 98 pour l’Australie, 1300 pour l’Asie et 1860 pour les Amériques.
Liée par la personne de De Martonne à l’Institut de géographie, la collection a été ensuite hébergée par un centre de documentation du CNRS (INTERGEO) étroitement lié à l’Institut et lui aussi situé sur l’actuel campus Pierre et Marie Curie. Lors de la fusion de INTERGEO avec  IMAGEO qui a donné naissance à l’UMR PRODIG en 1994, la collection de Martonne a été hébergée par PRODIG et placée sous la responsabilité des photothécaires du CNRS. En 2005, lors du déménagement de l’UMR PRODIG à quelques rues de l’Institut de géographie de Paris, à savoir au 2 rue Valette dans le 5e arrondissement, la collection a suivi. Même si elle est actuellement conservée dans un petit local ventilé et à hygrométrie stable, des traces de champignons ont cependant été décelées sur certaines plaques. Conscient de l’extrême fragilité de ce patrimoine géographique exceptionnel, une opération de sauvegarde a été lancée dans l’urgence et a permis la numérisation d’environ 11 000 plaques de verre. La collection de plaques de verre fait l’objet d’un projet de valorisation, dont le carnet Geophoto se veut le carnet de bord.

Posted in Billets | Leave a comment

La plaque d’avril 2013

EU342(005)-geophoto

 

 

 

 

 

 

 

« HONGRIE. Bord Balaton, falaise de sables et argiles pontiens ».

Auteur : Jëno de Cholnoky (1870-1950)

Date : avant 1950

Cote : eu342(005)

1 Le cliché d’un contributeur étranger

Jenö [ Eugène ] de Cholnoky, d’abord formé et diplômé (en 1892) en ingénierie hydraulique puis habilité en géographie, occupe, de 1905 à la chute de l’empire austro-hongrois, la chaire de géographie de l’université de Klausenburg (actuellement Cluj-Napoca en Roumanie). Les nouvelles configurations territoriales issues des Traités de Paix de la Première Guerre mondiale le conduisant à quitter la ville de Klausenburg devenue Cluj, il occupe à partir de 1920 la chaire de géographie de l’université de Budapest jusqu’à son départ à la retraite en 1940 à l’âge de 70 ans. J. de Cholnoky et E. de Martonne entretiennent des liens d’amitié professionelle : d’une part, J. de Cholnoky, ayant lui-même constitué une photothèque à Klausenburg-Cluj, envoie plusieurs clichés de géographie physique sur la Hongrie à son collègue français qui enrichit ainsi sa collection de photographies sur plaques de verre. D’autre part, E. de Martonne exprime son respect et son estime pour son collègue hongrois de plusieurs façons : par les recensions laudatives de ses oeuvres dans la Bibliographie géographique internationale, par les nombreuses références renvoyant à J. de Cholnoky dans le tome 4 ” Europe centrale” de la Géographie universelle ou encore au détour d’un article sur l’enseignement et l’excursion en Roumanie. En effet, renvoyant explicitement aux effets concrets des remaniements de frontières au lendemain de la guerre, il explicite l’histoire de cet institut de géographie, né hongrois et devenu roumain : ” L’Institut de Géographie de Cluj est actuellement le plus important de Roumanie. Ses locaux sont ceux qu’avait obtenus, ses collections celles qu’avait formées un géographe hongrois distingué, E. Cholnoky ” (de Martonne, 1922, p. 64).

2 Une plaque de verre sur le lac Balaton

La plaque de verre analysée ici concerne un des terrains de recherche privilégiés de J. de Cholnoky : le lac Balaton ou Plattensee. Profitant des acquis de sa formation initiale en ingénierie hydraulique, il s’est passionné pour la géographie de ce lac, comme le montrent les travaux qu’il y a consacrés. Participant activement et régulièrement aux rapports de la Commission pour le Balaton commanditée à partir de 1891 par la Société de Géographie de Budapest, il s’occupe plus spécifiquement des questions de limnologie (Cholnoky, 1897). Tout au long de sa vie, il revient régulièrement sur ce terrain de recherche, comme le rapporte dans son journal de bord à la date du 18 août 1930 le géographe allemand Carl Uhlig, venu rendre visite à son collègue hongrois qui l’emmène sur la presqu’île de Tihany et lui expose le résultat de ses recherches.

3 Analyse archivistique

Dans la collection d’E. de Martonne, la plaque de verre est classée dans la rubrique “Collines” comprise elle-même dans l’ensemble “Hongrie”. La légende “Bord Balaton, falaise de sables et argiles pontiens” pointe l’intérêt sur la géomorphologie, notamment la stratigraphie des rives du Balaton. Malgré la présence d’un habitat cossu de villas visible sur le cliché, la géographie humaine n’a pas retenu l’attention de l’auteur de la légende.

Sur le plan descriptif, la photographie est prise en plan moyen de façon à rendre compte de l’étagement : de droite à gauche du cliché, on observe tout d’abord les falaises au bords quasi verticaux et sans végétation, qui se prolongent en un versant végétalisé moins abrupt, suivi d’un replat sur lequel sont construites les maisons, puis le bord du lac et le lac lui-même. L’habitat permet ici de donner l’échelle.

La plaque fait partie d’une série présentant les différents aspects du lac Balaton, de ses environs et des activités humaines qui y sont liées.

Bibliographie

Dénes Balàzs, Ungarische Wissenschaftler-Lexikon

Martonne Emmanuel de, 1922, « Enseignement et excursions géographiques en Roumanie » in Annales de Géographie, t. 31, p. 64-66.

Plattensee-Kommission der ungarischen Geographischen Gesellschaft, Resultate der wissenschaftlichen Erforschung des Plattensee. Erster Band. Physikalische Geographie des Plattensees und seiner Umgebung. Dritter Teil. Limnologie des Plattensees, von Eugen v. Cholnoky, Wien, 1897, 119 p.

Uhlig Carl, 1930, Ungarn und Rumänien, Blatt 1-50, Archives du Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig, 189/18

 

Posted in Billets | Leave a comment

La plaque de Février 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

La plaque de Février 2013

« Vélebit. Calcaire fissuré, puits à eau. Cvijic ».

Auteur : Jovan Cvijic (1865-1927)

Date : avant 1927

Cote : eu442(009)

1 Le cliché d’un gros contributeur étranger

Jovan Cvijic, géographe serbe, professeur de géographie à l’Université de Belgrade de 1893 à sa mort en 1927, a fourni 70 plaques de verre pour alimenter la collection de E. de Martonne sur la Yougoslavie. J. Cvijic et E. de Martonne entretiennent des liens professionnels et amicaux étroits, comme le prouve ce gros contingent de clichés offerts. Pendant son exil lors de la Première Guerre mondiale, J. Cvijic a été accueilli à Paris par P. Vidal de la Blache qui lui a donné la possibilité de donner des cours à la Sorbonne.

2 Une plaque de verre sur le modelé karstique…

J. Cvijic est considéré comme le pionnier des études karstiques. Sa thèse, soutenue en 1893 sous la direction de Albrecht penck à l’Université de Vienne, capitale de l’empire d’Autriche-Hongrie, s’intéressait déjà au phénomènes karstiques, comme son titre l’indique : Karstphänomen. J. Cvijic a établi une terminologie karstique issue du vocable serbo-croate qui perdure actuellement en géographie. Le karst se développe dans les roches calcaires, permeables : à un paysage apparemment sec en surface se combinent des réserves d’eau souterraines, comme le montre cette photographie d’un puits dans le calcaire du Vélebit en Croatie.

3 …et un cliché de géographie et d’ethnographie

Comme cette plaque de Février 2013, la plupart des clichés de J. Cvijic présents dans la collection de E. de Martonne présentent la particularité de présenter les différents aspects du phénomène karstique, certes dans une optique de géographie physique comme le souligne le plus souvent la légende, mais tout en montrant des êtres humains vaquant à leurs occupations quotidiennes. J. Cvijic s’est en effet beaucoup intéressé à la géographie humaine et a développé la notion de l’ethno-psychologie des peuples. Il cherche à représenter l’homme dans son environnement.

4 Analyse archivistique

La plaque de verre est classée dans la rubrique “Croatie” comprise elle-même dans l’ensemble “Yougoslavie”, car le plan de classement date d’après la Première Guerre mondiale et le démembrement de l’empire d’Autriche-Hongrie. La légende indique la région du Vélebit : il s’agit d’une chaîne montagneuse culminant à 1700 m environ et séparant le littoral de l’arrière-pays.

Sur le plan descriptif, la photographie représente un groupe de 3 femmes, d’un jeune homme et de 2 garçonnets autour d’une ouverture dans la paroi rocheuse calcaire. La légende indique qu’il s’agit d’un puits à eau. Ces personnes habitent à côté du point d’eau ou sont venues s’y approvisionner ; les deux baquets en bois visibles sur le cliché semblent permettre de constituer des réserves d’eau. L’environnement semble sec, minéral et sans végétation.

La photographie est prise en plan moyen de façon à englober le milieu physique (les roches calcaires) et le groupe humain dans ses activités (approvisionnement en eau), ses outils (les baquets en bois), ses costumes (robes, fichus, chaussures), c’est- à dire dans un sens très ethnographique. Le cliché représente le groupe humain dans un paysage karstique. La plaque fait partie d’une série présentant les différents aspects du modelé karstique : doline, ouvala, lapiez, hum, ponor.

Bibliographie

Cvijic Jovan, 1893, DasKarstphänomen. Versuch einer morphologischen Monographie in Geographische Abhandlungen, Wien, vol. V, Heft 3, p. 1-114.

Cvijic Jovan, 1918, La péninsule balkanique. Géographie humaine, 532 p.

Serbian Academy of Science and arts, Cvijic and Karst / Cvijic et karst, Belgrade, 2005, 405 p.

Vasovic Milorad,« Jovan Cvijic » in Geographers. Bio-bibliographical Studies, vol. 4,p. 25-32.

Posted in Billets | Leave a comment

Plaque du mois d’octobre 2012

 

 

 

 

 

«Afrique Equatoriale Occidentale. Le Rift. Abrupt de faille (dans les laves alternant avec les tufs) coupé de gorges »

Fritz Jäger (1881-1966)

Date : inconnue

Cote AF63(004)

1-Le cliché d’un auteur étranger

Comme pour la plaque de septembre 2012 sur la Suisse, la photographie présentée provient d’un géographe étranger, en l’occurrence du géographe allemand Fritz Jäger. Les relations sont suffisamment amicales entre E. de Martonne et F. Jäger pour que ce dernier lui envoie des clichés sur l’Afrique. F. Jäger fait partie du réseau d’échanges professionnels mis en place par le géographe français pour enrichir son fonds.

F. Jäger, qui utilise beaucoup les photographies dans sa pratique de géographe de terrain, a envoyé à E. de Martonne un cliché d’Afrique, pays qu’il connaît bien pour y avoir entrepris des séjours d’exploration comme géographe colonial allemand, seul ou en compagnie de ses collègues. Par exemple, F. Jäger a participé au voyage d’exploration de la fondation Otto Winter de 1904 en Afrique de l’Est sous la direction de Carl Uhlig ; il y est retourné avec Eduard Oehler en 1906-1907 et est reste bloqué avec Leo Waibel en Afrique du Sud, surpris par le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Ensuite, l’Allemagne vaincue perd ses colonies, et les géographes coloniaux allemands leurs terrains de recherche.

F. Jäger a une formation en mathématiques, physique, géologie et géographie. Après son habilitation en 1909, il enseigne à Berlin la géographie coloniale de 1911 à 1928, sa chaire étant financée par Hans Meyer. Il occupe ensuite la chaire de géographie de l’université de Bâle, en Suisse, de 1928 à sa retraite en 1947. F. Jaeger participe à l’excursion transcontinentale américaine de 1912 conduite par l’Américain W. M. Davis. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il est inquiété pour des propos malencontreux tenus pendant le conflit : il a par exemple montré en cours, à Bâle, une carte pangermanique qui inclue la Suisse alémanique. Ceci contribue à son départ à la retraite, à 66 ans. Selon les historiens allemands de la géographie, si F. Jäger est politiquement conservateur comme la grande majorité de ses collègues de l’époque, il n’est pas pour autant nazi.

 2-Une légende photographique de géomorphologue

 La légende du cliché met l’accent sur la géologie et la géomorphologie de cette partie du Rift. Ici, la végétation, visible au premier plan, n’intéresse pas l’auteur de la légende, que ce soit F. Jaeger ou E. de Martonne. F. Jaeger développe des recherches dans deux directions majeures : d’une part, en géographie physique et en géomorphologie climatique, et d’autre part, en géographie régionale de l’Afrique. Ses analyses sur l’Afrique, et notamment sur les colonies allemandes, combinent géographie physique et géographie humaine.

 3- Analyse archivistique

 Le cliché présenté est classé dans la rubrique „Afrique“, sous-rubrique „Afrique orientale“, sous-sous-rubrique „ Tanganyika“ de la collection initiée par E. de Martonne.

Cette photographie sous plaque de verre commence à être attaquée par les champignons, comme le prouvent les petites taches rondes visibles à l’oeil nu parsemant le cliché. Il y a donc urgence à préserver cette collection sous forme numérique.

 

Posted in Billets | Leave a comment

La plaque du mois de Septembre 2012

La plaque de septembre 2012

SUISSE. Vue générale du massif de la Napf. Type de modèle de maturité

Auteur : Fritz Nussbaum et Mettler

Date reconstruite : avant 1931

Cote : eu372(008)

1-Le cliché d’un auteur étranger

Ce cliché a été pris par Fritz Nussbaum (1879-1966) et un certain Mettler, en Suisse, plus précisément dans le massif de la Napf (à l’est du canton de Berne et proche du canton de Lucerne). F. Nussbaum est un géographe suisse de langue allemande (1879-1966). N’ayant pour le moment aucune information sur le second auteur attribué au cliché, le dénommé Mettler, je ne m’intéresse ici qu’à F. Nussbaum. La présence d’une plaque de verre d’un auteur étranger signifie que ce dernier l’a donnée à E. de Martonne pour alimenter sa collection parisienne. Cela en évidence le réseau d’échangesprofessionnels mis en place par le géographe français pour enrichir son fonds. La recherche de photographies fait en effet partie de ses préoccupations habituelles, comme l’indique sa correspondance privée. Il utilise régulièrement les photographies pour les besoins de son enseignement, les plaques de verre étant projetées aux étudiants dans l’amphithéâtre de l’Institut de géographie, et pour illustrer ses articles et ses livres.

F. Nussbaum lui a envoyé un cliché d’une région qu’il a étudiée et qu’il connaît bien. Ce géographe suisse est un spécialiste de géographie physique, plus particulièrement des Alpes et des Pyrénées. Sa thèse d’habilitation, réalisée en 1909 sous la direction de Max Friederichsen à l’université de Berne, s’intitule „Die Täler der Schweizer Alpen“ [trad : les vallées dans les Alpes suisses]. Il a en outre écrit en 1911 dans la revue Mitteilungen der naturfor schenden Gesellschaft in Bern un article sur le massif de la Napf intitulé „Talbildung im Napfgebiet“ [trad : la formation des vallée dans la zone de la Napf]. F. Nussbaum et E. de Martonne entretiennent des liens professionnels suffisamment amicaux pour s’échanger des clichés. Ils ont pu faire connaissance lors de rencontres internationales comme le Congrès international de Géographie de Genève en 1908, les grandes excursions organisées par le géographe américain William Morris Davis (1850-1934) à travers l’Europe en 1908/1909 et 1911 (excursions aussi appelées pilgrimages) ou encore lors de la grande excursion transcontinentale à travers les Etats-Unis en 1912.

2-Une légende photographique ouvertement davisienne

L’analyse épistémologique de la légende du cliché renvoie à une dénommination davisienne. En effet, „type de modèle de maturité“ fait référence à la théorie du cycle de l’érosion de W. M. Davis. La théorie du relief qu’il développe pendant un quart de siècle en fonction des critiques américaines, françaises et allemandes „développe une géomorphologie des équilibres dynamiques dans l’espace et le temps“ (Giusti, 2004). Par sa théorie, W. M. Davis „explique l’évolution générale du relief par une progression en différents stades, de la jeunesse à la maturité, jusqu’à la vieillesse (pénéplaine) puis la sénilité (plaine d’érosion)“ (Hallair, 2011). A qui attribuer cette légende : à E. de Martonne ou à F. Nussbaum ? Les deux solutions sont possibles : tous les deux sont davisiens, ont connu et côtoyé W. M. Davis lors de recontres et d’excursions internationales. Quoi qu’il en soit, cette légende exprime la référence des géographes européens au géographe américain W. M. Davis dans la pratique de terrain, et plus spécifiquement dans la „description explicative du paysage“ selon une expression davisienne. C’est en cela que j’étudie le rôle de W. M. Davis comme figure de pivot pour les géographes de cette première moitié du XXe siècle.

3- Analyse archivistique

Sur le plan descriptif, le cliché représente un paysage montagneux : la vue d’ensemble est prise à partir d’un point haut. Le premier plan se concentre sur la végétation, et le second, sur la montagne. Aucun habitat n’est visible, mais des chemins de montagne parcourent le massif et le découpage rectiligne de certaines parcelles de forêt font référence au défrichement et donc à l’anthropisation de ce milieu montagnard.

Dans la collection, la plaque de verre est classée dans la rubrique „Suisse“, puis dans la sous-région „plateau suisse“. Le critère retenu pour le classement des sous-régions suisses est d’ordre géomorphologiques (le plateau, le massif alpin, les Préalpes) et non par cantons (districts politiques). Ce cliche est le seul de F. Nussbaum. J’ai tenté de reconstituer la date en comparant ce cliché avec d’autres sources. La photographie a été utilisée pour illustrer la partie relative à la Suisse dans la seconde partie du tome 4 de (page 418) de la „Géographie Universelle“ (GU) rédigée par Emmanuel de Martonne sur l’Europe centrale. Dans la GU, le cliché n’est attribué qu’à F.  Nussbaum. Je peux donc avancer que le cliché a été pris avant la date de publication de la GU, à savoir avant1931.

La légende inscrite sur la bordure de la plaque de verre est quasi identitique à la légende retenue par E. De Martonne pour la GU, mais cette dernière est plus complète. Elle précise „Massif du Napf, vue sur le Golgraben. Relief de maturité accidenté d’un massif de mollasse ayant échappé à la grande glaciation alpine. Au-dessus de la vallée étroite (Graben), replats déboisés (Eggen).“Dans le corps du texte de la GU, E. de Martonne fait référence au cliché dans un paragraphe de géographie régionale, combinant l’approche géomorphologique et humaine : „ Les collines du centre (Napf, Entlebuch, Emmental, Mittelland). Des contrastes plus nuancés apparaissent dans la partie du canton de Berne qui appartient à la zone des collines et dans les districts voisins du canton de Lucerne. Le relief est plus accidenté et comprend un massif atteignant 1400 mètres, qui a pu échapper à la submersion totale par la glaciation quaternaire la plus étendue. Le Napf offre l’exemple, extrêmement rare dans les collines suisses, d’une montagne dont le modelé est dû à peu près exclusivement au travail des eaux courantes. De son faîte descend un réseau étoilé de vallées profondes, que le paysan appelle „fossés“ (Graben), ne laissant entre elles que des crêtes étroites (Eggen). Les longs hivers, les difficultés des communications n’ont pas arrêté la colonisation, qui a progression ici jusqu’au XVIIe siècle, défrichant très haut les Eggen. La forêt se limite aux pentes les plus raides des versants, coupés par les rubans verts des prairies suivant les replats structuraux, qu’on appelle Gang. On signale maintenant une tendance au reboisement, et la population diminue dans ce pays purement rural“ (p. 414-415). E. De Martonne fait référence aux travaux de F. Nussbaum dans la bibliographie relative à ce chapitre.

Bibliographie

Archives de la Bibliothèque de Géographie-Sorbonne, fonds de Martonne.

DAVIS William Morris, 1899, « The Geographical Cycle » in Geographical Journal, 14, p. 481-504.

EGLI Hans-Rudolf, 1998, « Nussbaum, Fritz » in Neue Deutsche Biographie 19, p. 378, url : http://www.deutsche-biographie.de/pnd117071749.html

GIUSTI Christian, 2004, « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur „l’intrusion“ de la géomorphologie dans la géographie » in Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, p. 241-254.

HALLAIR, Gaëlle, 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie (Landschaftskunde) en question, Thèse

de doctorat sous la direction de M.-C. Robic et S. Lentz, Université Paris 1 et Université

de Leipzig, 2 vol., 900 p.http://www.qucosa.de/recherche/frontdoor/?tx_slubopus4frontend[id]=urn:nbn:de:bsz:15-qucosa-64798, en particulier chapitre 8, p. 270-299.

HALLAIR Gaëlle, 2011, « Téorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du XXe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) » in Géomorphologie : relief, processus, environnement, n°3, p. 319-334.

MARTONNE Emmanuel de, 1931, Europe centrale, « Géographie Universelle », tome 4, partie 2, p. 414-415-418.

NUSSBAUM Fritz, 1911, Talbildung im Napfgebiet (Vortrag), S. A. aus Mitteilungen der naturfor schenden Gesellschaft in Bern, 2 p.

Posted in Billets | Leave a comment

La plaque d’Août 2012

“Transylvanie-Bihor Est. Chaîne et cluse [de] Turda. Vue d’amont”.

Auteur : Emmanuel de Martonne

Date reconstruite : avant 1922

Ce cliché a été pris par Emmanuel de Martonne (1873-1955) en Roumanie, plus précisément dans la région du Bihar et porte dans la collection la cote EU3562(031). La photographie se divise en trois plans : au premier, la végétation, au second, une zone plane dans laquelle s’est développé un village et en arrière-plan, la montagne de Turda et sa cluse.

Ce cliché est intéressant à un double titre. Il montre tout d’abord l’intérêt de E. de Martonne non seulement pour la géomorphologie, sa spécialité, mais également pour la végétation, le type d’agriculture et la localisation des villages par rapport à la montagne et à la cluse. Son cliché n’est pas exclusivement centré sur les formes du relief. Ensuite, La photographie, non datée, est reprise pour illustrer son article sur le Bihar (page 332) paru en 1922 dans les Annales de géographie sous le titre “Le massif du Bihar (Roumanie). Ceci nous permet donc de dater le cliché au plus tard de 1922. Le recoupement de différentes sources, en particulier le repérage des illustrations utilisées pour ses articles et ses ouvrages, permet d’affiner la légende et de dater le cliché. Dans son article de 1922, E. de Martonne précise la légende de plaque : “la crête du Kövesberg et la cluse de Turda, vue de l’amont. (Panorama pris de la crête dominant le bassin et le village de Petridu)”.

On retrouve ici une pratique largement répandue dans l’école française de géographie, à savoir la vue d’ensemble depuis un point haut. Cette pratique d’observation du terrain, mise en valeur par la photographie et la légende, est corroborée par l’analyse des carnets de terrain d’E. de Martonne. Un extrait de carnet est analysé dans la rubrique “dessin de géographe” du site des Cafégéo.

Dans son article, E. de Martonne s’interroge sur la crête de Kövesberg et son bassin, aussi bien du point de vue géomorphologique que de celui des régions naturelles et du peuplement ; l’objectif est de livrer une étude de géographie régionale du Bihar. Il s’inscrit dans le cadre développé par la géographie vidalienne.

Bibliographie

HALLAIR Gaëlle, 2011,  « Une double-page du carnet de terrain d’Emmanuel de Martonne : la vallée d’Anies (Roumanie) » in Cafés géographiques, Le dessin du géographe, n°25, http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2244

Hallair Gaëlle, 2007, Le géographe Emmanuel de Martonne et l’Europe centrale,
UMR PRODIG, UMR Géographie-cités (Ed.), n°33, 148 p.

http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00282068

de Martonne Emmanuel, 1922, “Le massif du Bihar (Roumanie)” in Annales de Géographie, t. 31, n°172, p. 313-340.

Posted in la plaque du mois | Leave a comment

La plaque de Février 2012

La plaque de février 2012
« Tatra. Groupe d’excursionnistes vu du sommet du Tatry. Congrès de Varsovie 1934 »
Théodore Lefèbvre

Ce cliché sous plaque de verre de la collection E. de Martonne a été pris par le géographe français Théodore Lefèbvre (1889-1943) lors d’une excursion organisée du 14 au 21 août 1934 au Congrès international de Géographie de Varsovie. Les comptes rendus du congrès précisent que T. Lefèbvre a pris part avec 32 autres participants à l’excursion « Cracovie, vallée du Dunajec, la Haute Tatra (A3) », dirigée par M. J. Smolenski (1881-1940), professeur de géographie à l’université de Cracovie (UGI, 1935, p.83-84).

Pour inaugurer la rubrique “La plaque du mois”, je développerai dans une première partie une analyse d’histoire de la géographie avant de proposer une description archivistique du cliché.

La photographie sous plaque de verre de T. Lefèbvre me permet d’aborder cinq pistes de recherche : la photographie comme outil d’observation du terrain, l’approche sociologique de l’excursion géographique, le tiers polonais, les échanges de photographies et le croisement des sources.
Le cliché pris par T. Lefèbvre témoigne de l’importance de la photographie comme outil pour le travail de terrain du géographe. Il a emporté son appareil-photographique lors de l’excursion et a pris d’autres clichés, comme “la vallée moyenne de la Dunajec prises des dernières pentes des Piénines”, et qui se trouve aussi dans la collection de Martonne sous la cote eu331(003). D’ailleurs,  à droite sur le cliché, on peut voir un homme de dos, en chemise portant une casquette et très probablement en train de photographier depuis le sommet. Dans la première moitié du XXe siècle, l’appareil photographique côtoie la carte et le baromètre dans le sac à dos du géographe, qui arpente son terrain d’étude. L’importance du “coup d’oeil géographique” dans l’école française de géographie a été soulignée dans les travaux de Didier Mendibil et de Marie-Claire Robic.
T. Lefèbvre, plus intéressé par les questions de géographie rurale et d’habitat rural, comme l’indique sa thèse (dirigée par Albert Demangeon et publiée un an avant le congrès sous le titre Modes de vie dans les Pyrénées atlantiques orientales) que par la pure géomorphologie, a photographié ses compagnons d’excursion, dans un souci d’immortaliser le groupe en action sur le terrain. L‘excursion géographique constitue en effet une expérience collective, avec ses rituels et ses connotations sportives, comme l’a bien montré M.-C. Robic à propos de l’Ecole française de géographie (Robic, 1997). La confrontation des regards est ici renforcée par l’aspect international du congrès. Dans la première moitié du XXe siècle, les congrès internationaux constituent des moments assez rares de discussions en direct entre les géographes, en salle ou sur le terrain. Les  excursionnistes sont des géographes de différentes nationalités, dont certains se retouvent sur le cliché : Elena Anghelescu, Capot-Rey, les époux Célérier, D. Coman, Elsie Cook, O.G.S. Crawford, les époux Dienert, Gladys Williams, T. B. Goodson, Temesy Gyösö, Dimitri Jaranoff, Lise Lapaille, A. Lapeyre, Th. Lefèbvre, E. Lejour, Alice Lennie, G. Lielens, I. Van meerbeck, B. Milojevic, J. A. Morris,  G. Polspoel, les époux Popp, Eliza Renner, I. Richards, J. Rubens, C. P. Snodgrass, Jun-Ichi Takahaschi, les époux Yousef, Pau Vila (UGI, 1935, p.83-84).
Le rapport d’excursion, rédigé en français, comme l’ensemble des actes et des comptes rendus du congrès de Varsovie, précise que des traducteurs ont facilité les échanges entre les participants de différentes nationalités. Chaque excursionniste a reçu un livret-guide en français préparé par le directeur de l’excursion, J. Smolenski (Smolenski, 1934) ainsi que des cartes offertes par l’Institut de Géographie Militaire et des publications de l’Institut de Géographie de l’université de Cracovie.
La problématique internationale me permet de rebondir sur la notion de “tiers”, telle que je la développe dans ma thèse et que j’applique ici à la géographie polonaise. Le tiers polonais, à la fois francophone et germanophone, remanie, synthétise et retravaille le matériau scientifique français et allemand. Dans la concurrence que se livrent les deux principales écoles de géographie de l’époque, à savoir la française à son apogée et l’allemande qui connaît des reconfigurations depuis l’arrivée de Hitler au pouvoir en janvier 1933,  la triangulaire polonaise permet d’étudier la circulation des savoirs géographiques. Les géographes polonais entretiennent des liens politiques et scientifiques avec la France et les géographes français, tout en ayant souvent reçu une formation auprès de géographes allemands. Le livret correspondant à l’excursion dans les Tatras, est par exemple rédigé en français, et renvoie par ailleurs pour deux illustrations à des croquis réalisés par les géographes allemands Carl Uhlig et Josef Partsch. La bibliographie du livret est révélatrice de cette position de tiers : sur 62 références, 27 sont en français, 21 en polonais, 10 en allemand et 4 en anglais.
J’aimerais revenir sur la présence du cliché de T. Lefèbvre dans la collection de E. de Martonne. Ce dernier a lui aussi participé au Congrès de Varsovie et en a rapporté des clichés. Il a de plus enrichi sa collection en recevant des photographies de son collègue T. Lefèbvre, alors  titulaire depuis 1933 de la chaire de maître de conférences à la Faculté des lettres de l’université de Poitiers. Ce don de photographies souligne le réseau de sociabilité professionnelle qui existe au sein des géographes. De plus, d’autres géographes français et étrangers ont fourni des clichés sur la Pologne à E. de Martonne, comme par exemple Daniel Faucher (participant également au congrès de Varsovie) et W. Lozinski.
Je terminerai cette analyse d’histoire de la géographie en insistant sur le croisement des sources : le cliché de T. Lefèbvre, bien conservé et bien légendé, est identifiable par sa date, son lieu de prise de vue et son auteur. La connection avec les comptes rendus imprimés des excursions menées dans le cadre du congrès de Varsovie permet d’approfondir les conditions de production du cliché. La connaissance archivistique de sa place dans la collection de plaques de verre de E. de Martonne apporte en outre un éclairage sur l’organisation du réseau des géographes.

Je présente maintenant une approche plus strictement archivistique du cliché. Ce dernier se trouve classé avec 41 autres dans la rubrique “Pologne” de la photothèque de PRODIG, qui est structurée selon une arborescence par ensembles et sous-ensembles géographiques : pays, régions, sous régions.  En approfondissant ce que j’avais esquissé dans un article de la revue EchoGéo (Hallair, 2009),  je propose, pour la plaque de février 2012, des champs de description reposant largement sur les éléments du Dublin core afin de préparer son intégration dans le projet de Digital humanities.

Titre : je reprends ici la légende d’origine du cliché : « Tatra. Groupe d’excursionnistes vu du sommet du Tatry. Congrès de Varsovie 1934 ».
Créateur : Théodore Lefèbvre  (1889-1943).
Mots-clés d’indexation :
thématiques : Géographes, Excursion, Personnages, Congrès, Terrain, Géographie physique, Géographie humaine, Montagne, Versant, Géomorphologie, Roche, Rocher, Eboulis.
localisation spatiale : Pologne, Carpates polonaises, Tatra.
selon la méthodologie de Didier Mendibil : concernant ce que D. Mendibil appelle le format, il s’agit d’une vue de type « panoramique » (B1) combinant un point de vue médian et un cadrage objectivant. Concernant ce que D. Mendibil appelle la posture, il s’agit d’un commentaire de type « induction explicative ».
Description : le cliché représente au premier plan une partie du groupe (environ 18 sur les 33 inscrits) ayant participé du 14 au 21 Août 1934 à l’excursion « Cracovie, vallée du Dunajec, la Haute Tatra (A3) », dirigée par  M. J. Smolenski (1881-1940), professeur de géographie à l’université de Cracovie. Les silhouettes du groupe se découpent au sommet de la crête. Les excursionnistes, hommes et femmes, observent le paysage, photographient ou discutent après avoir posé les cartes et livrets d’excursion sur les rochers. La vue prise d’un sommet permet d’englober dans le champ d’autres crêtes sommitales, qui apparaissent en deuxième et troisième plans dans la lumière d’un été polonais.
Editeur : Emmanuel de Martonne.
Contributeur : Bibliothèque de l’Institut de géographie de Paris, UMR CNRS Prodig.
Date : cliché pris en 1934, Congrès international de géographie de Varsovie. Cliché numérisé lors d’une campagne de numérisation lancée par  Prodig dans les années 1990.
Type de ressource : photographie sous plaque de verre, positif, en bon état mais présentant des taches diverses.
Format : le format du support est : 85mmX100mm. Le format de l’image est : 90 mn X40mn.
Identifiant de la ressource : Cote du fonds Prodig : eu331(001).
Source : photothèque de l’UMR CNRS Prodig.
Langue : français.
Relation, liens avec d’autres ressources :  un autre cliché pris par T. Lefèbvre se trouve dans la collection E. de Martonne  : il porte comme légende “la vallée moyenne de la Dunajec prises des dernières pentes des Piénines”, et comme cote eu331(003). En outre, le cliché analysé est à mettre en relation avec les autres clichés pris lors du Congrès de Varsovie, comme par exemple les cinq de Daniel Faucher, présents dans cette même collection sous les cotes eu334(004), eu334(005), eu334(006) et eu334(007). La question se pose pour des clichés pris par de Martonne sur des lieux certes parcourus par les excursions du congrès de 1934 mais pour l’instant sans indication de date. Il convient aussi de mettre le cliché de Lefèbvre en rapport avec les 41 autres classés sous la sous-région “Pologne” de la collection de Martonne.
Couverture spatiale : Pologne, Carpates polonaises, Tatra.
Couverture temporelle : août 1934.

Bibliographie
Baudelle Guy, Ozouf-Marignier Marie-Vic, Robic Marie-Claire, 2001, Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre et la cité, Espace et territoires, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 390 p.
Clout Hugh, 2005, « France. Poland and Europe : the experience of the XIVth International Geographical Congress, Warsaw 1934 » in Belgeo, 4, p. 435-444.
Hallair Gaëlle, 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie (Landschaftskunde) en question, Thèse de doctorat sous la direction de M.-C. Robic et S. Lentz, Université Paris 1 et Université de Leipzig, 2 vol., 900 p., notamment tome 1, p. 283-287 et tome 2, p. 280-284.
Hallair Gaëlle, 2009, « Les images en géographie sous l’angle des humanités numériques », EchoGéo [En ligne], Numéro 8, mis en ligne le 01 avril 2009. URL : http://echogeo.revues.org/11062
Leszczycki Stanislaw, 1982, « Jerzy Smolenski. 1881-1940 » in Geographers. Biobibliographical studies, vol. 6, p. 123-127.
Mendibil Didier, 2008, « Dispositifs, formats postures, une méthode d’analyse de l’iconographie géographique » in Cybergéo, 12 mars 2008, URL : http://www.cybergeo.eu/index16823.html
Mendibil Didier, 2006, « La reconnaissance du terrain (1890-1945) » in Robic M.-C., Couvrir le monde. Un grand siècle de géographie française, Paris, adpf-ministère des Affaires étrangères, p. 58-69.
Mendibil Didier, 1997, Textes et images de l’iconographie de la France (de 1840 à 1990). Essai d’iconologie géographique, thèse de l’Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Marie-Claire Robic, 772 p.
Robic Marie-Claire, 2010, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités » in Revue germanique internationale, 12, p. 33-45. URL : http://rgi.revues.org/257.
Robic Marie-Claire, 1997, « L’excursion du géographe (sur l’école française de géographie) » in Conférence, IV, p. 211-227.
Robic Marie-Claire, 1996, « Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie humaine moderne (1900-1950) » in Blanckaert C. (dir.), Le terrain des sciences humaines (XVIIIe – XXe siècles), Paris, L’Harmattan, p. 357-388.
Smolenski Jerzy, 1934, Excursion A3. Cracovie, vallée du Dunajec, Haute Tatra. Congrès international de Géographie, Varsovie, 1934, Kasa Im. Mianowskiego, 98 p.
Union géographique internationale, 1935, Comptes rendus du congrès international de géographie, Varsovie, 1934, Tome premier, Actes du congrès, Varsovie, Kasa Im. Mianowskiego, 375 p.

Sitographie

http://www.adbs.fr

http://www.archivistes.org

http://blog.tuquoque.com

http://www.cines.fr/IMG/pdf/Archivage_perenne_Gazette20.pdf

http://www.cn2sv.fr

www.tei-c.org

http://www.tge-adonis.fr

Posted in Billets | Leave a comment

L’essentiel du droit d’auteur

Ce texte, succinct, a pour seule ambition de clarifier certains points du « droit d’auteur ». De nombreux chercheurs et étudiants travaillant sur les photographies anciennes sont confrontés quotidiennement à ce problème.
L’article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle stipule :
« l’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre patrimonial ».
Il convient  donc de différencier les différents droits.
1) Les Droits patrimoniaux
•    - Droit de reproduction: la reproduction consiste en la fixation de l’œuvre sur un support.
- Droit de représentation : acte de communiquer l’œuvre au public au moyen d’un support.Les droits patrimoniaux sont cessibles. Après le décès de l’auteur, les ayants droits seront titulaires des droits. L’œuvre tombe dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur.
2) Les Droits moraux
• Droit au respect de la paternité: l’auteur doit voir son nom indiqué sur toute reproduction ou représentation de son œuvre.
- Droit de divulgation: l’auteur décide de mettre son œuvre à la disposition du public.
•  Droit au respect de l’œuvre: l’intégrité formelle de l’œuvre doit être respectée. Toutes suppressions, modifications, adjonctions sont donc interdites. L’œuvre ne doit pas être altérée dans son esprit. Par ailleurs, l’utilisation de l’oeuvre ne doit pas être préjudiciable à l’auteur.
•  Droit de repentir ou de retrait : l’auteur peut retirer son œuvre postérieurement à sa publication à la condition d’indemniser l’exploitant du préjudice subi.
Le droit moral est inaliénable, incessible et perpétuel. Quand l’œuvre est tombée dans le domaine public, le droit moral subsiste.

La publication d’image dans la pratique.

-Une autorisation de publication de l’auteur ou de ses ayants-droit est indispensable.Il convient d’être très précis lors de la demande d’autorisation de publication. Cette dernière devra stipuler : les références de chaque image, ses dimensions de publication, ainsi que le type de média et tous les renseignements susceptibles d’éviter une contestation ultérieure de l’auteur sur les conditions d’utilisation de son œuvre.
Vous pouvez télécharger ici un contrat type de cession de droit  a compléter ( fichier RTF).

Dans la majorité des pays Européens, l’utilisation d’un signe, logo ou mention, tels que : « © » , « droits réservés », …  avertissant que l’image est protégée est facultative. Il ne faut  toutefois, pas négliger le rôle informatif de ces mentions auprès d’un public non averti.

 

Quelques précisions…

L’ expression « libre de droit » est a mon sens un abus de langage. Toute œuvre a évidement un auteur, et celui-ci ne pouvant céder ses droits moraux, qui sont inaliénables et intemporels, aucune œuvre ne peut donc être totalement« libre de droit ».Il est a noter l’existence des licences “creative commons” , malheureusement  sous-utilisées dans le monde de la recherche et de l’enseignement.Ces licences permettent aux auteurs de mettre leurs œuvres à disposition du public à des conditions prédéfinies, sans se substituer au droit existant.
Pour plus d’informations , J’invite le lecteur à suivre les liens suivants :

 

 

Posted in Billets | Leave a comment

Droit et plaques de verre : “ne pas se créer de problèmes inutiles”

Lors de l’ANGD d’octobre 2011, après avoir discuté avec des responsables de projets numériques à propos des problèmes juridiques que soulève le projet de valorisation numérique des plaques de verre, il ressort plusieurs points :

1- Le risque 0 n’existe pas.

2- La prise de risque est nécessaire, sinon on ne fait rien. Prendre des risques calculés.

3- Ne pas se créer de problèmes inutiles : mieux vaut diffuser que de ne rien faire et voir disparaître les sources que l’on voulait mettre en valeur. C’est par exemple ce qui s’est passé pour une collection

de données archéologiques à Bordeaux : 30 ans années de travail sont ainsi parties à la poubelle.

4- Les corpus homogènes de plaques de verre légendées sont rares, d’où le caractère extrêmement précieux de la collection hébergée actuellement à PRODIG. Il serait donc vraiment dommage de laisser passer les occasions de mener le projet de valorisation à bien.

5- Personne, pour l’instant, ne connaît de cas d’institutions publiques de recherche qui auraient été poursuivies pour avoir diffusé, dans un but non commercial, une source iconographique ou textuelle.

6- En conclusion, prendre les précautions nécessaires, mais ne pas se retrancher dans l’inaction.

Posted in Billets | Leave a comment

L’ANGD d’octobre 2011 à Aussois sur la Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales.

Lors de l’ANGD (Action Nationale de formation à Gestion Déconcentrée) d’octobre 2011 organisée par le Très Grand équipement ADONIS, une conférence a été judicieusement dédiée aux questions juridiques. Monsieur Lionel Maurel, de la Bibliothèque nationale de France, est intervenu sur « numérisation et constitution de bibliothèques numériques : aspects juridiques ». L. Maurel est conservateur des bibliothèques, membre de la Commission Droits de l’information de l’ADBS (Association des Documentalistes et Bibliothécaires Spécialisés), expert auprès de l’IABD (Interassociation Archives/Bibliothèques/Documentation) et auteur du blog S.I.Lex.

Au cours d’une communication très claire et très intéressante, L. Maurel est revenu sur des points importants susceptibles d’éclairer notre lanterne à propos du corpus de plaques de verre. Je les reprends donc ci-dessous :

1-Les notions de base du Droit d’auteur. Deux types de droits d’auteur sont à distinguer : d’une part le droit moral (c’est-à dire le droit de faire respecter l’oeuvre), et d’autre part le droit patrimonial (qui renvoit au monopole d’exploitation). Le droit moral, qui est inaliénable et perpétuel, intervient pour le droit à la paternité, le droit à la divulgation, le droit au respect de l’intégrité et le droit de retrait ou repentir. Le droit patrimonial, qui est cessible (par contrat par exemple), limité dans le temps (en principe la vie de l’auteur + 70 ans en France, période après laquelle l’oeuvre entre dans le domaine public) intervient dans le droit de reproduction (fixation sur un support), dans le droit de représentation (communication au public) et dans le droit d’adaptation.

2-Les titulaires de droits se regroupent en société de gestion collective comme par exemple la Société des Arts visuels et de l’Image Fixe (http://www.saif.fr/) et l’ADAGP (http://www.adagp.fr/FR/static_index.php), qu’il faut contacter pour connaître la situation des auteurs de plaques de verre concernés.

3-Les exceptions de la loi DADVSI 2006 : entre autres, exception pédagogique et exception de conservation. Concernant l’exception de conservation, la reproduction et la représentation d’une oeuvre faisant partie de leur collection effectuée à des fins de conservation ou destinée à préserver les conditions de sa consultation sur place à des fins de recherche ou d’études privées dans les locaux de l’établissement et sur des terminaux dédiés par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d’archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial.Concernant l’exception pédagogique (art. L. 122-5.3), la représentation ou la reproduction d’extraits d’oeuvres, sous réserve des oeuvres conçues à des fins pédagogiques, des partitions de musique et des oeuvres réalisées pour une édition numérique de l’écrit, à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, à l’exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquel cette représentation ou cette reproduction est destinée est composé majoritairement d’élèves, d’étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, que l’utilisation de cette représentation ou cette reproduction ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu’elle est compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire sans préjudice de la cession du droit de reproduction par reprographie mentionnée à l’article L. 122-10.

4- Le cas des oeuvres orphelines. Il s’agit des oeuvres protégées dont il est impossible ou très difficiles d’identifier ou de localiser le(s) titulaire(s) de droits. Ceci rend impossible la réutilisation et entrave les programmes de numérisation. La Commission européenne a fait travailler un groupe d’expert sur le sujet (http://ec.europa.eu/information_society/activities/digital_libraries/doc/hleg/reports/copyright/copyright_subgroup_final_report_26508-clean171.pdf). Le CSPLA (Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, commission sur les oeuvres orphelines) a rendu un rapport ahttp://www.cspla.culture.gouv.fr/CONTENU/rapoeuvor08.pdf). En lien avec le projet Europeana, de nombreux travaux et rapports ont été commandés sur les oeuvres orphelines. Une directive sur les oeuvres orphelines a été élaborée : http://ec.europa.eu/internal_market/copyright/orphan_works_fr.htm. Les bibliothèques, musées et établissements d’enseignement supérieur pourraient utiliser des oeuvres orphelines, après recherche diligente, mais sans argent à verser à une société de gestion collective, à condition de rester dans le cadre de « missions d’intérêt public ».

5- Liens renvoyant au site de la BnF :

http://www.bnf.fr/fr/professionnels/gerer_les_droits.html

http://www.bnf.fr/fr/professionnels/gerer_les_droits/i.gerer_droits_typdoc/s.numerisation_droits_typdoc_images.html?first_Art=non&first_Rub=non

 

 

Posted in Billets | 1 Comment

Carnet en construction !


Posted in Billets | Leave a comment

Plaques de verre de géographes

Le carnet “Plaques de verre de géographes” s’articule autour d’une double problématique, archivistique et épistémologique : comment présenter et valoriser une collection numérisée de plus de 11 000 plaques photographiques (historique, classement, légendes, processus d’enrichissement) ? Quel a été le rôle de l’image photographique dans les pratiques des géographes français de la première moitié du XXe siècle ?

Posted in Billets | 1 Comment