La plaque du mois de Septembre 2012

La plaque de septembre 2012

SUISSE. Vue générale du massif de la Napf. Type de modèle de maturité

Auteur : Fritz Nussbaum et Mettler

Date reconstruite : avant 1931

Cote : eu372(008)

1-Le cliché d’un auteur étranger

Ce cliché a été pris par Fritz Nussbaum (1879-1966) et un certain Mettler, en Suisse, plus précisément dans le massif de la Napf (à l’est du canton de Berne et proche du canton de Lucerne). F. Nussbaum est un géographe suisse de langue allemande (1879-1966). N’ayant pour le moment aucune information sur le second auteur attribué au cliché, le dénommé Mettler, je ne m’intéresse ici qu’à F. Nussbaum. La présence d’une plaque de verre d’un auteur étranger signifie que ce dernier l’a donnée à E. de Martonne pour alimenter sa collection parisienne. Cela en évidence le réseau d’échangesprofessionnels mis en place par le géographe français pour enrichir son fonds. La recherche de photographies fait en effet partie de ses préoccupations habituelles, comme l’indique sa correspondance privée. Il utilise régulièrement les photographies pour les besoins de son enseignement, les plaques de verre étant projetées aux étudiants dans l’amphithéâtre de l’Institut de géographie, et pour illustrer ses articles et ses livres.

F. Nussbaum lui a envoyé un cliché d’une région qu’il a étudiée et qu’il connaît bien. Ce géographe suisse est un spécialiste de géographie physique, plus particulièrement des Alpes et des Pyrénées. Sa thèse d’habilitation, réalisée en 1909 sous la direction de Max Friederichsen à l’université de Berne, s’intitule „Die Täler der Schweizer Alpen“ [trad : les vallées dans les Alpes suisses]. Il a en outre écrit en 1911 dans la revue Mitteilungen der naturfor schenden Gesellschaft in Bern un article sur le massif de la Napf intitulé „Talbildung im Napfgebiet“ [trad : la formation des vallée dans la zone de la Napf]. F. Nussbaum et E. de Martonne entretiennent des liens professionnels suffisamment amicaux pour s’échanger des clichés. Ils ont pu faire connaissance lors de rencontres internationales comme le Congrès international de Géographie de Genève en 1908, les grandes excursions organisées par le géographe américain William Morris Davis (1850-1934) à travers l’Europe en 1908/1909 et 1911 (excursions aussi appelées pilgrimages) ou encore lors de la grande excursion transcontinentale à travers les Etats-Unis en 1912.

2-Une légende photographique ouvertement davisienne

L’analyse épistémologique de la légende du cliché renvoie à une dénommination davisienne. En effet, „type de modèle de maturité“ fait référence à la théorie du cycle de l’érosion de W. M. Davis. La théorie du relief qu’il développe pendant un quart de siècle en fonction des critiques américaines, françaises et allemandes „développe une géomorphologie des équilibres dynamiques dans l’espace et le temps“ (Giusti, 2004). Par sa théorie, W. M. Davis „explique l’évolution générale du relief par une progression en différents stades, de la jeunesse à la maturité, jusqu’à la vieillesse (pénéplaine) puis la sénilité (plaine d’érosion)“ (Hallair, 2011). A qui attribuer cette légende : à E. de Martonne ou à F. Nussbaum ? Les deux solutions sont possibles : tous les deux sont davisiens, ont connu et côtoyé W. M. Davis lors de recontres et d’excursions internationales. Quoi qu’il en soit, cette légende exprime la référence des géographes européens au géographe américain W. M. Davis dans la pratique de terrain, et plus spécifiquement dans la „description explicative du paysage“ selon une expression davisienne. C’est en cela que j’étudie le rôle de W. M. Davis comme figure de pivot pour les géographes de cette première moitié du XXe siècle.

3- Analyse archivistique

Sur le plan descriptif, le cliché représente un paysage montagneux : la vue d’ensemble est prise à partir d’un point haut. Le premier plan se concentre sur la végétation, et le second, sur la montagne. Aucun habitat n’est visible, mais des chemins de montagne parcourent le massif et le découpage rectiligne de certaines parcelles de forêt font référence au défrichement et donc à l’anthropisation de ce milieu montagnard.

Dans la collection, la plaque de verre est classée dans la rubrique „Suisse“, puis dans la sous-région „plateau suisse“. Le critère retenu pour le classement des sous-régions suisses est d’ordre géomorphologiques (le plateau, le massif alpin, les Préalpes) et non par cantons (districts politiques). Ce cliche est le seul de F. Nussbaum. J’ai tenté de reconstituer la date en comparant ce cliché avec d’autres sources. La photographie a été utilisée pour illustrer la partie relative à la Suisse dans la seconde partie du tome 4 de (page 418) de la „Géographie Universelle“ (GU) rédigée par Emmanuel de Martonne sur l’Europe centrale. Dans la GU, le cliché n’est attribué qu’à F.  Nussbaum. Je peux donc avancer que le cliché a été pris avant la date de publication de la GU, à savoir avant1931.

La légende inscrite sur la bordure de la plaque de verre est quasi identitique à la légende retenue par E. De Martonne pour la GU, mais cette dernière est plus complète. Elle précise „Massif du Napf, vue sur le Golgraben. Relief de maturité accidenté d’un massif de mollasse ayant échappé à la grande glaciation alpine. Au-dessus de la vallée étroite (Graben), replats déboisés (Eggen).“Dans le corps du texte de la GU, E. de Martonne fait référence au cliché dans un paragraphe de géographie régionale, combinant l’approche géomorphologique et humaine : „ Les collines du centre (Napf, Entlebuch, Emmental, Mittelland). Des contrastes plus nuancés apparaissent dans la partie du canton de Berne qui appartient à la zone des collines et dans les districts voisins du canton de Lucerne. Le relief est plus accidenté et comprend un massif atteignant 1400 mètres, qui a pu échapper à la submersion totale par la glaciation quaternaire la plus étendue. Le Napf offre l’exemple, extrêmement rare dans les collines suisses, d’une montagne dont le modelé est dû à peu près exclusivement au travail des eaux courantes. De son faîte descend un réseau étoilé de vallées profondes, que le paysan appelle „fossés“ (Graben), ne laissant entre elles que des crêtes étroites (Eggen). Les longs hivers, les difficultés des communications n’ont pas arrêté la colonisation, qui a progression ici jusqu’au XVIIe siècle, défrichant très haut les Eggen. La forêt se limite aux pentes les plus raides des versants, coupés par les rubans verts des prairies suivant les replats structuraux, qu’on appelle Gang. On signale maintenant une tendance au reboisement, et la population diminue dans ce pays purement rural“ (p. 414-415). E. De Martonne fait référence aux travaux de F. Nussbaum dans la bibliographie relative à ce chapitre.

Bibliographie

Archives de la Bibliothèque de Géographie-Sorbonne, fonds de Martonne.

DAVIS William Morris, 1899, « The Geographical Cycle » in Geographical Journal, 14, p. 481-504.

EGLI Hans-Rudolf, 1998, « Nussbaum, Fritz » in Neue Deutsche Biographie 19, p. 378, url : http://www.deutsche-biographie.de/pnd117071749.html

GIUSTI Christian, 2004, « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur „l’intrusion“ de la géomorphologie dans la géographie » in Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, p. 241-254.

HALLAIR, Gaëlle, 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie (Landschaftskunde) en question, Thèse

de doctorat sous la direction de M.-C. Robic et S. Lentz, Université Paris 1 et Université

de Leipzig, 2 vol., 900 p.http://www.qucosa.de/recherche/frontdoor/?tx_slubopus4frontend[id]=urn:nbn:de:bsz:15-qucosa-64798, en particulier chapitre 8, p. 270-299.

HALLAIR Gaëlle, 2011, « Téorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du XXe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) » in Géomorphologie : relief, processus, environnement, n°3, p. 319-334.

MARTONNE Emmanuel de, 1931, Europe centrale, « Géographie Universelle », tome 4, partie 2, p. 414-415-418.

NUSSBAUM Fritz, 1911, Talbildung im Napfgebiet (Vortrag), S. A. aus Mitteilungen der naturfor schenden Gesellschaft in Bern, 2 p.