La plaque de Février 2012

La plaque de février 2012
« Tatra. Groupe d’excursionnistes vu du sommet du Tatry. Congrès de Varsovie 1934 »
Théodore Lefèbvre

Ce cliché sous plaque de verre de la collection E. de Martonne a été pris par le géographe français Théodore Lefèbvre (1889-1943) lors d’une excursion organisée du 14 au 21 août 1934 au Congrès international de Géographie de Varsovie. Les comptes rendus du congrès précisent que T. Lefèbvre a pris part avec 32 autres participants à l’excursion « Cracovie, vallée du Dunajec, la Haute Tatra (A3) », dirigée par M. J. Smolenski (1881-1940), professeur de géographie à l’université de Cracovie (UGI, 1935, p.83-84).

Pour inaugurer la rubrique « La plaque du mois », je développerai dans une première partie une analyse d’histoire de la géographie avant de proposer une description archivistique du cliché.

La photographie sous plaque de verre de T. Lefèbvre me permet d’aborder cinq pistes de recherche : la photographie comme outil d’observation du terrain, l’approche sociologique de l’excursion géographique, le tiers polonais, les échanges de photographies et le croisement des sources.
Le cliché pris par T. Lefèbvre témoigne de l’importance de la photographie comme outil pour le travail de terrain du géographe. Il a emporté son appareil-photographique lors de l’excursion et a pris d’autres clichés, comme « la vallée moyenne de la Dunajec prises des dernières pentes des Piénines », et qui se trouve aussi dans la collection de Martonne sous la cote eu331(003). D’ailleurs,  à droite sur le cliché, on peut voir un homme de dos, en chemise portant une casquette et très probablement en train de photographier depuis le sommet. Dans la première moitié du XXe siècle, l’appareil photographique côtoie la carte et le baromètre dans le sac à dos du géographe, qui arpente son terrain d’étude. L’importance du « coup d’oeil géographique » dans l’école française de géographie a été soulignée dans les travaux de Didier Mendibil et de Marie-Claire Robic.
T. Lefèbvre, plus intéressé par les questions de géographie rurale et d’habitat rural, comme l’indique sa thèse (dirigée par Albert Demangeon et publiée un an avant le congrès sous le titre Modes de vie dans les Pyrénées atlantiques orientales) que par la pure géomorphologie, a photographié ses compagnons d’excursion, dans un souci d’immortaliser le groupe en action sur le terrain. L‘excursion géographique constitue en effet une expérience collective, avec ses rituels et ses connotations sportives, comme l’a bien montré M.-C. Robic à propos de l’Ecole française de géographie (Robic, 1997). La confrontation des regards est ici renforcée par l’aspect international du congrès. Dans la première moitié du XXe siècle, les congrès internationaux constituent des moments assez rares de discussions en direct entre les géographes, en salle ou sur le terrain. Les  excursionnistes sont des géographes de différentes nationalités, dont certains se retouvent sur le cliché : Elena Anghelescu, Capot-Rey, les époux Célérier, D. Coman, Elsie Cook, O.G.S. Crawford, les époux Dienert, Gladys Williams, T. B. Goodson, Temesy Gyösö, Dimitri Jaranoff, Lise Lapaille, A. Lapeyre, Th. Lefèbvre, E. Lejour, Alice Lennie, G. Lielens, I. Van meerbeck, B. Milojevic, J. A. Morris,  G. Polspoel, les époux Popp, Eliza Renner, I. Richards, J. Rubens, C. P. Snodgrass, Jun-Ichi Takahaschi, les époux Yousef, Pau Vila (UGI, 1935, p.83-84).
Le rapport d’excursion, rédigé en français, comme l’ensemble des actes et des comptes rendus du congrès de Varsovie, précise que des traducteurs ont facilité les échanges entre les participants de différentes nationalités. Chaque excursionniste a reçu un livret-guide en français préparé par le directeur de l’excursion, J. Smolenski (Smolenski, 1934) ainsi que des cartes offertes par l’Institut de Géographie Militaire et des publications de l’Institut de Géographie de l’université de Cracovie.
La problématique internationale me permet de rebondir sur la notion de « tiers », telle que je la développe dans ma thèse et que j’applique ici à la géographie polonaise. Le tiers polonais, à la fois francophone et germanophone, remanie, synthétise et retravaille le matériau scientifique français et allemand. Dans la concurrence que se livrent les deux principales écoles de géographie de l’époque, à savoir la française à son apogée et l’allemande qui connaît des reconfigurations depuis l’arrivée de Hitler au pouvoir en janvier 1933,  la triangulaire polonaise permet d’étudier la circulation des savoirs géographiques. Les géographes polonais entretiennent des liens politiques et scientifiques avec la France et les géographes français, tout en ayant souvent reçu une formation auprès de géographes allemands. Le livret correspondant à l’excursion dans les Tatras, est par exemple rédigé en français, et renvoie par ailleurs pour deux illustrations à des croquis réalisés par les géographes allemands Carl Uhlig et Josef Partsch. La bibliographie du livret est révélatrice de cette position de tiers : sur 62 références, 27 sont en français, 21 en polonais, 10 en allemand et 4 en anglais.
J’aimerais revenir sur la présence du cliché de T. Lefèbvre dans la collection de E. de Martonne. Ce dernier a lui aussi participé au Congrès de Varsovie et en a rapporté des clichés. Il a de plus enrichi sa collection en recevant des photographies de son collègue T. Lefèbvre, alors  titulaire depuis 1933 de la chaire de maître de conférences à la Faculté des lettres de l’université de Poitiers. Ce don de photographies souligne le réseau de sociabilité professionnelle qui existe au sein des géographes. De plus, d’autres géographes français et étrangers ont fourni des clichés sur la Pologne à E. de Martonne, comme par exemple Daniel Faucher (participant également au congrès de Varsovie) et W. Lozinski.
Je terminerai cette analyse d’histoire de la géographie en insistant sur le croisement des sources : le cliché de T. Lefèbvre, bien conservé et bien légendé, est identifiable par sa date, son lieu de prise de vue et son auteur. La connection avec les comptes rendus imprimés des excursions menées dans le cadre du congrès de Varsovie permet d’approfondir les conditions de production du cliché. La connaissance archivistique de sa place dans la collection de plaques de verre de E. de Martonne apporte en outre un éclairage sur l’organisation du réseau des géographes.

Je présente maintenant une approche plus strictement archivistique du cliché. Ce dernier se trouve classé avec 41 autres dans la rubrique « Pologne » de la photothèque de PRODIG, qui est structurée selon une arborescence par ensembles et sous-ensembles géographiques : pays, régions, sous régions.  En approfondissant ce que j’avais esquissé dans un article de la revue EchoGéo (Hallair, 2009),  je propose, pour la plaque de février 2012, des champs de description reposant largement sur les éléments du Dublin core afin de préparer son intégration dans le projet de Digital humanities.

Titre : je reprends ici la légende d’origine du cliché : « Tatra. Groupe d’excursionnistes vu du sommet du Tatry. Congrès de Varsovie 1934 ».
Créateur : Théodore Lefèbvre  (1889-1943).
Mots-clés d’indexation :
thématiques : Géographes, Excursion, Personnages, Congrès, Terrain, Géographie physique, Géographie humaine, Montagne, Versant, Géomorphologie, Roche, Rocher, Eboulis.
localisation spatiale : Pologne, Carpates polonaises, Tatra.
selon la méthodologie de Didier Mendibil : concernant ce que D. Mendibil appelle le format, il s’agit d’une vue de type « panoramique » (B1) combinant un point de vue médian et un cadrage objectivant. Concernant ce que D. Mendibil appelle la posture, il s’agit d’un commentaire de type « induction explicative ».
Description : le cliché représente au premier plan une partie du groupe (environ 18 sur les 33 inscrits) ayant participé du 14 au 21 Août 1934 à l’excursion « Cracovie, vallée du Dunajec, la Haute Tatra (A3) », dirigée par  M. J. Smolenski (1881-1940), professeur de géographie à l’université de Cracovie. Les silhouettes du groupe se découpent au sommet de la crête. Les excursionnistes, hommes et femmes, observent le paysage, photographient ou discutent après avoir posé les cartes et livrets d’excursion sur les rochers. La vue prise d’un sommet permet d’englober dans le champ d’autres crêtes sommitales, qui apparaissent en deuxième et troisième plans dans la lumière d’un été polonais.
Editeur : Emmanuel de Martonne.
Contributeur : Bibliothèque de l’Institut de géographie de Paris, UMR CNRS Prodig.
Date : cliché pris en 1934, Congrès international de géographie de Varsovie. Cliché numérisé lors d’une campagne de numérisation lancée par  Prodig dans les années 1990.
Type de ressource : photographie sous plaque de verre, positif, en bon état mais présentant des taches diverses.
Format : le format du support est : 85mmX100mm. Le format de l’image est : 90 mn X40mn.
Identifiant de la ressource : Cote du fonds Prodig : eu331(001).
Source : photothèque de l’UMR CNRS Prodig.
Langue : français.
Relation, liens avec d’autres ressources :  un autre cliché pris par T. Lefèbvre se trouve dans la collection E. de Martonne  : il porte comme légende « la vallée moyenne de la Dunajec prises des dernières pentes des Piénines », et comme cote eu331(003). En outre, le cliché analysé est à mettre en relation avec les autres clichés pris lors du Congrès de Varsovie, comme par exemple les cinq de Daniel Faucher, présents dans cette même collection sous les cotes eu334(004), eu334(005), eu334(006) et eu334(007). La question se pose pour des clichés pris par de Martonne sur des lieux certes parcourus par les excursions du congrès de 1934 mais pour l’instant sans indication de date. Il convient aussi de mettre le cliché de Lefèbvre en rapport avec les 41 autres classés sous la sous-région « Pologne » de la collection de Martonne.
Couverture spatiale : Pologne, Carpates polonaises, Tatra.
Couverture temporelle : août 1934.

Bibliographie
Baudelle Guy, Ozouf-Marignier Marie-Vic, Robic Marie-Claire, 2001, Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre et la cité, Espace et territoires, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 390 p.
Clout Hugh, 2005, « France. Poland and Europe : the experience of the XIVth International Geographical Congress, Warsaw 1934 » in Belgeo, 4, p. 435-444.
Hallair Gaëlle, 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie (Landschaftskunde) en question, Thèse de doctorat sous la direction de M.-C. Robic et S. Lentz, Université Paris 1 et Université de Leipzig, 2 vol., 900 p., notamment tome 1, p. 283-287 et tome 2, p. 280-284.
Hallair Gaëlle, 2009, « Les images en géographie sous l’angle des humanités numériques », EchoGéo [En ligne], Numéro 8, mis en ligne le 01 avril 2009. URL : http://echogeo.revues.org/11062
Leszczycki Stanislaw, 1982, « Jerzy Smolenski. 1881-1940 » in Geographers. Biobibliographical studies, vol. 6, p. 123-127.
Mendibil Didier, 2008, « Dispositifs, formats postures, une méthode d’analyse de l’iconographie géographique » in Cybergéo, 12 mars 2008, URL : http://www.cybergeo.eu/index16823.html
Mendibil Didier, 2006, « La reconnaissance du terrain (1890-1945) » in Robic M.-C., Couvrir le monde. Un grand siècle de géographie française, Paris, adpf-ministère des Affaires étrangères, p. 58-69.
Mendibil Didier, 1997, Textes et images de l’iconographie de la France (de 1840 à 1990). Essai d’iconologie géographique, thèse de l’Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Marie-Claire Robic, 772 p.
Robic Marie-Claire, 2010, « À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités » in Revue germanique internationale, 12, p. 33-45. URL : http://rgi.revues.org/257.
Robic Marie-Claire, 1997, « L’excursion du géographe (sur l’école française de géographie) » in Conférence, IV, p. 211-227.
Robic Marie-Claire, 1996, « Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie humaine moderne (1900-1950) » in Blanckaert C. (dir.), Le terrain des sciences humaines (XVIIIe – XXe siècles), Paris, L’Harmattan, p. 357-388.
Smolenski Jerzy, 1934, Excursion A3. Cracovie, vallée du Dunajec, Haute Tatra. Congrès international de Géographie, Varsovie, 1934, Kasa Im. Mianowskiego, 98 p.
Union géographique internationale, 1935, Comptes rendus du congrès international de géographie, Varsovie, 1934, Tome premier, Actes du congrès, Varsovie, Kasa Im. Mianowskiego, 375 p.

Sitographie
http://www.adbs.fr
http://www.archivistes.org
http://blog.tuquoque.com
http://www.cines.fr/IMG/pdf/Archivage_perenne_Gazette20.pdf
http://www.cn2sv.fr
www.tei-c.org
http://www.tge-adonis.fr