La plaque de Février 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

La plaque de Février 2013

« Vélebit. Calcaire fissuré, puits à eau. Cvijic ».

Auteur : Jovan Cvijic (1865-1927)

Date : avant 1927

Cote : eu442(009)

1 Le cliché d’un gros contributeur étranger

Jovan Cvijic, géographe serbe, professeur de géographie à l’Université de Belgrade de 1893 à sa mort en 1927, a fourni 70 plaques de verre pour alimenter la collection de E. de Martonne sur la Yougoslavie. J. Cvijic et E. de Martonne entretiennent des liens professionnels et amicaux étroits, comme le prouve ce gros contingent de clichés offerts. Pendant son exil lors de la Première Guerre mondiale, J. Cvijic a été accueilli à Paris par P. Vidal de la Blache qui lui a donné la possibilité de donner des cours à la Sorbonne.

2 Une plaque de verre sur le modelé karstique…

J. Cvijic est considéré comme le pionnier des études karstiques. Sa thèse, soutenue en 1893 sous la direction de Albrecht penck à l’Université de Vienne, capitale de l’empire d’Autriche-Hongrie, s’intéressait déjà au phénomènes karstiques, comme son titre l’indique : Karstphänomen. J. Cvijic a établi une terminologie karstique issue du vocable serbo-croate qui perdure actuellement en géographie. Le karst se développe dans les roches calcaires, permeables : à un paysage apparemment sec en surface se combinent des réserves d’eau souterraines, comme le montre cette photographie d’un puits dans le calcaire du Vélebit en Croatie.

3 …et un cliché de géographie et d’ethnographie

Comme cette plaque de Février 2013, la plupart des clichés de J. Cvijic présents dans la collection de E. de Martonne présentent la particularité de présenter les différents aspects du phénomène karstique, certes dans une optique de géographie physique comme le souligne le plus souvent la légende, mais tout en montrant des êtres humains vaquant à leurs occupations quotidiennes. J. Cvijic s’est en effet beaucoup intéressé à la géographie humaine et a développé la notion de l’ethno-psychologie des peuples. Il cherche à représenter l’homme dans son environnement.

4 Analyse archivistique

La plaque de verre est classée dans la rubrique « Croatie » comprise elle-même dans l’ensemble « Yougoslavie », car le plan de classement date d’après la Première Guerre mondiale et le démembrement de l’empire d’Autriche-Hongrie. La légende indique la région du Vélebit : il s’agit d’une chaîne montagneuse culminant à 1700 m environ et séparant le littoral de l’arrière-pays.

Sur le plan descriptif, la photographie représente un groupe de 3 femmes, d’un jeune homme et de 2 garçonnets autour d’une ouverture dans la paroi rocheuse calcaire. La légende indique qu’il s’agit d’un puits à eau. Ces personnes habitent à côté du point d’eau ou sont venues s’y approvisionner ; les deux baquets en bois visibles sur le cliché semblent permettre de constituer des réserves d’eau. L’environnement semble sec, minéral et sans végétation.

La photographie est prise en plan moyen de façon à englober le milieu physique (les roches calcaires) et le groupe humain dans ses activités (approvisionnement en eau), ses outils (les baquets en bois), ses costumes (robes, fichus, chaussures), c’est- à dire dans un sens très ethnographique. Le cliché représente le groupe humain dans un paysage karstique. La plaque fait partie d’une série présentant les différents aspects du modelé karstique : doline, ouvala, lapiez, hum, ponor.

Bibliographie

Cvijic Jovan, 1893, DasKarstphänomen. Versuch einer morphologischen Monographie in Geographische Abhandlungen, Wien, vol. V, Heft 3, p. 1-114.

Cvijic Jovan, 1918, La péninsule balkanique. Géographie humaine, 532 p.

Serbian Academy of Science and arts, Cvijic and Karst / Cvijic et karst, Belgrade, 2005, 405 p.

Vasovic Milorad,« Jovan Cvijic » in Geographers. Bio-bibliographical Studies, vol. 4,p. 25-32.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *