Plaque du mois d’octobre 2012

 

 

 

 

 

«Afrique Equatoriale Occidentale. Le Rift. Abrupt de faille (dans les laves alternant avec les tufs) coupé de gorges »

Fritz Jäger (1881-1966)

Date : inconnue

Cote AF63(004)

1-Le cliché d’un auteur étranger

Comme pour la plaque de septembre 2012 sur la Suisse, la photographie présentée provient d’un géographe étranger, en l’occurrence du géographe allemand Fritz Jäger. Les relations sont suffisamment amicales entre E. de Martonne et F. Jäger pour que ce dernier lui envoie des clichés sur l’Afrique. F. Jäger fait partie du réseau d’échanges professionnels mis en place par le géographe français pour enrichir son fonds.

F. Jäger, qui utilise beaucoup les photographies dans sa pratique de géographe de terrain, a envoyé à E. de Martonne un cliché d’Afrique, pays qu’il connaît bien pour y avoir entrepris des séjours d’exploration comme géographe colonial allemand, seul ou en compagnie de ses collègues. Par exemple, F. Jäger a participé au voyage d’exploration de la fondation Otto Winter de 1904 en Afrique de l’Est sous la direction de Carl Uhlig ; il y est retourné avec Eduard Oehler en 1906-1907 et est reste bloqué avec Leo Waibel en Afrique du Sud, surpris par le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Ensuite, l’Allemagne vaincue perd ses colonies, et les géographes coloniaux allemands leurs terrains de recherche.

F. Jäger a une formation en mathématiques, physique, géologie et géographie. Après son habilitation en 1909, il enseigne à Berlin la géographie coloniale de 1911 à 1928, sa chaire étant financée par Hans Meyer. Il occupe ensuite la chaire de géographie de l’université de Bâle, en Suisse, de 1928 à sa retraite en 1947. F. Jaeger participe à l’excursion transcontinentale américaine de 1912 conduite par l’Américain W. M. Davis. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il est inquiété pour des propos malencontreux tenus pendant le conflit : il a par exemple montré en cours, à Bâle, une carte pangermanique qui inclue la Suisse alémanique. Ceci contribue à son départ à la retraite, à 66 ans. Selon les historiens allemands de la géographie, si F. Jäger est politiquement conservateur comme la grande majorité de ses collègues de l’époque, il n’est pas pour autant nazi.

 2-Une légende photographique de géomorphologue

 La légende du cliché met l’accent sur la géologie et la géomorphologie de cette partie du Rift. Ici, la végétation, visible au premier plan, n’intéresse pas l’auteur de la légende, que ce soit F. Jaeger ou E. de Martonne. F. Jaeger développe des recherches dans deux directions majeures : d’une part, en géographie physique et en géomorphologie climatique, et d’autre part, en géographie régionale de l’Afrique. Ses analyses sur l’Afrique, et notamment sur les colonies allemandes, combinent géographie physique et géographie humaine.

 3- Analyse archivistique

 Le cliché présenté est classé dans la rubrique „Afrique“, sous-rubrique „Afrique orientale“, sous-sous-rubrique „ Tanganyika“ de la collection initiée par E. de Martonne.

Cette photographie sous plaque de verre commence à être attaquée par les champignons, comme le prouvent les petites taches rondes visibles à l’oeil nu parsemant le cliché. Il y a donc urgence à préserver cette collection sous forme numérique.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *