Présentation de la collection de plaques de verre.

La collection de plaques de verre, hébergée actuellement à l’UMR CNRS PRODIG, comporte plus de 11 000 clichés à visée géographique. Elle a été constituée à l’initiative du géographe français Emmanuel de Martonne (1873-1955), essentiellement dans un but pédagogique et universitaire : le système de la plaque de verre permet en effet de projeter la photographie dans les amphithéâtres. De Martonne, premier directeur en 1927 de l’Institut de géographie de Paris sis 191, rue Saint-Jacques  dans le 5e arrondissement, a commencé à constituer sa photothèque dès ses premières recherches, qui se déroulèrent d’abord en Egypte, puis en  Valachie (Roumanie) pour sa thèse de lettres. Ses premiers clichés datent de 1898. Depuis sa première affectation comme enseignant de géographie à la faculté de lettres de Rennes de 1899 à 1905, puis à Lyon de 1905 à 1909, et enfin à la faculté des lettres de l’Université de Paris pour occuper de 1909 à 1944 la chaire de géographie laissée vacante par le congé de Paul Vidal de la Blache (1845-1918),  de Martonne enrichit sa collection. Aujourd’hui, environ 1500 photographies sous plaque de verre, soigneusement légendées, portent sa signature. Par ailleurs, ses collègues géographes, français et étrangers, ont contribué à alimenter le fonds iconographique, même après son départ à la retraite. Les plaques les plus récentes datent de 1954 : ce sont des clichés pris par Jean Dresch et Charles  Robequain  en Chine du Nord.
La collection, actuellement close, couvre le monde entier, et elle est organisée selon un classement archivistique reprenant les découpages politiques en continents, pays, régions et sous-régions en vigueur à une date donnée, mais plus forcément valables aujourd’hui en raison des remaniements territoriaux du XXe siècle. Par exemple, l’ensemble des plaques de verre correspondant à l’actuelle Pologne sont classées dans la rubrique « Pologne » et « URSS ». La collection, constituée majoritairement pendant la première moitié du XX e siècle reflète une partie des terrains de recherches étudiés par les géographes français de l’Université de Paris mais aussi ceux de leurs collègues de province et de l’étranger. La couverture photographique de la Terre est inégale : les terrains de recherche privilégiés par les géographes français et faciles d’accès (comme la France, les anciennes colonies françaises et l’Europe) sont sur-représentés.  Ainsi, la collection de décompose comme suit : environ 2260 plaques pour la France, 3200 pour le reste de l’Europe, 29 pour l’Arctique, 35 pour l’Antarctique, 2300 pour l’Afrique, 270 pour l’URSS, 13 pour l’Océanie, 98 pour l’Australie, 1300 pour l’Asie et 1860 pour les Amériques.
Liée par la personne de De Martonne à l’Institut de géographie, la collection a été ensuite hébergée par un centre de documentation du CNRS (INTERGEO) étroitement lié à l’Institut et lui aussi situé sur l’actuel campus Pierre et Marie Curie. Lors de la fusion de INTERGEO avec  IMAGEO qui a donné naissance à l’UMR PRODIG en 1994, la collection de Martonne a été hébergée par PRODIG et placée sous la responsabilité des photothécaires du CNRS. En 2005, lors du déménagement de l’UMR PRODIG à quelques rues de l’Institut de géographie de Paris, à savoir au 2 rue Valette dans le 5e arrondissement, la collection a suivi. Même si elle est actuellement conservée dans un petit local ventilé et à hygrométrie stable, des traces de champignons ont cependant été décelées sur certaines plaques. Conscient de l’extrême fragilité de ce patrimoine géographique exceptionnel, une opération de sauvegarde a été lancée dans l’urgence et a permis la numérisation d’environ 11 000 plaques de verre. La collection de plaques de verre fait l’objet d’un projet de valorisation, dont le carnet Geophoto se veut le carnet de bord.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *